Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Messages : 1
Voir le profil de l'utilisateur

[Candidature acceptée] Eorlinghar

le Mer 21 Fév - 22:12
Nom : Oublié suite au rituel.
Prénom : Eorlinghar
Surnom : Aucun
Age : 642 ans
Race : Sancteforge
Ville d'origine : Mac'Aree
Signes distinctifs : Symbole de bénédiction de Xe'Ra apparent sur le front
Alignement : Alliance
Titre : Aucun
Archétype : Paladin
____________________________________

Compétences / connaissances : Connaissances d'Argus, dévoué à la Lumière et à la Justice. Manie les sorts du Sacrés. Persévérant et juste.

Description physique : Eredar Sancteforge, mesurant plus de 1m90, avec une musculature imposante. Il apparait physiquement comme une personne âgée, il arbore une barbe blanche ainsi que de long cheveux blanc en natte, cerclés d'or. Son apparente vieillesse est stoppée, depuis la bénédiction que lui a octroyée Xe'Ra. Le symbole de la Sagesse est imprégné sur son front depuis sa nouvelle naissance en tant que Sancteforge.

Résumé de l'histoire :

        Des bribes de mon enfance refont surface parfois, vous savez ? Lorsque mon regard se perd au loin sur le paysage ravagé de ma terre natale. Je suis né à Mac’Aree sur Argus. Bien avant que nous soyons trahis par nos dirigeants et abandonnés. Je faisais partie des Eredars, un peuple pacifique et réfléchi, nous manipulions la magie qui, combinée à nos sciences, dépassait les limites de l’ordre naturel, apportant prospérité à notre peuple. Je me souviens enfant, passer des heures entières à admirer les lumières du Siège du Triumvirat, absorbés par la lueur dorée des cristaux qui luisaient, resplendissants, tels des phares de Savoir et de Sagesse inondant nos cités et notre monde.

   Sous l’éducation de mon père, j’appris la discipline, le dépassement de soi, baigné dans les traditions Eredars, il me m’entraîna au combat de Jeh’din, pour lesquels je me passionnai profondément, exutoire à l’énergie débordante que tout enfant à au fond de lui. Ma mère, me légua son profond sentiment de la compassion, de l’équité et de la justice envers autrui. Elle était à la fois douceur et bonté…. Ce qui ne m’empêchait pas de me faire sermonner lorsqu’en jouant je détruisais ses assemblages de cristaux décoratifs !
En grandissant, mon esprit s’affuta, mon physique se renforça, mais les lumières du Palais du Triumvirat, ne cessaient de me fasciner…

   Donc dès qu’il m’eut été permis, je m’engageai dans les corps militaires de la ville, dans le souhait qu’un jour, je puisse être utile à mon prochain et de pouvoir maintenir cette Paix si chère à tous.
Mon talent pour les combats à mains nues, m’eut servi pour me démarquer de mes congénères, la maîtrise des armes, bien qu’inutile à l’époque, fut plus difficile que je ne l’eus imaginé de prime abord, mais une fois maitrisée, je me sentis enfin complet dans le rôle que je rêvais, mes parents furent fiers lors de notre cérémonie d’assignations. Le Triumvirat, les dirigeants de notre société, était présent, désignant l’affectation de chacun, est même dans mes rêves je revois ce moment où je fus assigné au Siège, haut-lieu des forces armées et épicentre de mon Monde. Après de nombreuses années en poste, et des échelons gravis avec succès, j’atteignis enfin le grade de Capitaine des gardes ; je défendais mon peuple des menaces extérieures.

  Mais jamais je n’aurais eu pensé que la Destruction viendrait de l’intérieur… Cela revient me hanter parfois, dans mes rêves… En une fraction de secondes, le ciel nimbé d’étoiles se couvrit, une lueur fantomatique verte se profilant à l’horizon, puis la chute d’étoiles, la surprise et le carnage….
Malgré ma force, mon intellect et mes hommes, j’étais impuissant face à ces êtres colossaux qui émergeaient des cratères, des golems de feu perfide, immolant chaque maison, chaque Eredar, chaque organisme vivant… L’air était brûlant, tout autour n’était que flammes et désolation, l’odeur de chair carbonisée omniprésente, et les hurlements….. Ces hurlements de peur, de désespoir, de terreur et puis le silence…

  J’étais dans la rue, terrorisé, le spectacle macabre des monceaux de cadavres brulés s’offrait à chaque coin de rue, certaines personnes rescapées étaient figées dans les allées, choquées et résignées.
Je traversais la ville, pointant mon regard sur un seul objectif, mon foyer. Mettre à l’abri ces êtres qui m’étaient chers, les sauver, les protéger coûte que coûte ! Je vis le golem, la masse difforme comme un semblant de main en l’air, je la vis s’abattre tel un destin fataliste inéluctable, le regard de mon épouse, ma fille dans ses bras, mes parents devant en vaine tentative de bouclier, j’entendis des cris, un fracas, le silence….

  Je chutais à genoux, dans cette armure trop lourde et bien trop sale, mon marteau grotesque s’échappa de ma main pour retentir sur les pavés, mon regard sur cet amas de roche, écarlate, se délogeant de l’endroit où mon passé, mon présent et mon avenir m’eurent été arrachés.
Le démon se redressa, dans un fracas, son extrémité rouge de son meurtre, des lambeaux de chairs et de tissus coincés et collés sur sa roche… Ma vie n’était plus que cette tâche difforme écarlate, qui ruisselait, telles mes larmes sur ce visage lâche qui n’eut pas été présent au moment où l’on avait le plus besoin de lui. La masse rocailleuse, animée d’un feu innommable, se tourna vers moi, sans expression, et amorça sa marche funèbre vers l’être misérable qui gisait à quelques mètres de lui que j’étais.

  De ce passage, il ne me reste aujourd’hui que des bribes, je ne me souviens que de m’être levé et avoir tenté une charge envers ce monstre qui me balaya d’un revers de la main, qui m’éjecta dans les airs, et me gratifia d’une lourde chute. Puis un voile noir… Je ne me souvins, lorsque mes forces me quittèrent, que d’une lumière étincelante, traversant le ciel pour ce perdre dans les étoiles, puis plus rien…

   La suite après cet évènement ne fut qu’une survie perpétuelle, dont la discrétion et la fuite furent le quotidien pendant de nombreuses années.
Et un jour, alors que rien ne l’annonçait, le Salut vint à moi. J’étais acculé dans une caverne, faible, et tremblant alors qu’un groupe de démons canidés m’eut repéré alors que je transportait de faibles subsistances trouvées dans les ruines de la cité. Las de fuir, je m’abandonnai au désespoir, résigné à la fin de l’histoire, lorsque qu’un feu blanc jaillit d’un côté de la caverne, anéantissant sans laisser de traces, les terribles engeances qui se situaient quelques instances auparavant. Puis, une voix claire, empreinte de douceur, chaude, résonna dans ma tête. Je vis une éredar, mais différente, nimbée de lumière, méfiant je restais debout en garde, monopolisant le reste de mes forces pour rester droit debout et en garde. Elle vint jusqu’à moi, tendit la main, je sentis une chaleur irradier mon corps, et je sombrais dans le sommeil.
Je découvris ainsi l’Armée de la Lumière, après ma convalescence et avoir alléger mon âme en pleurant, je remis ma vie entre leur mains, et m’engagea sur le chemin de la Lumière, me vouant corps et âme à l’éradication de la Légion, mettant à profit mes connaissances d’Argus et de mes expériences martiales. Je ne vivais que pour éradiquer la Légion de notre monde, abattant un nombre inimaginable de démons, faisant corps avec l’Armée et embrassant la cause de la Lumière. Mais je restais faible malgré tout, les démons étant d’une résistance incroyable. Je me désignai volontaire afin de subir un rituel permettant de devenir bien plus puissant, mais dont l’échec à  l’épreuve ne se soldait que par la mort. J’ai juré de garder le secret sur celle-ci, désolé, mais sachez que celle-ci n’est réellement pas une partie de plaisir, mais une fois réussie, la Mère de la Lumière Xe’Ra, nous octroie sa bénédiction, et nous baigne de sa Lumière. Depuis, je suis un Sancteforge, une arme de la Lumière contre les armées de la Légion. Après avoir combattu avec des étrangers venus d’un autre monde, nous avons vaincus la Légion, qui retrouve sa place dans le Néant, et paradoxalement, je me sentis à la fois heureux et triste, ma famille étant enfin vengée des sentiments de mon ancienne vie refaisant surface.

  Mais contrairement à ce que nous pensions, notre mission n’était pas terminée. Notre commandeur, le Grand Exarque Turalyon, nous a ordonné de nous rendre sur le monde des étrangers, Azeroth, car une menace aussi terrible que la Légion se profile à l’horizon…. Il est temps pour moi de reprendre du service.
Faits d'armes : Défense de l'invasion de la Légion de Mac'Aree. Fait partie des premières lignes Sancteforge, dans l'Armée de la Lumière.

____________________________________

Branche visée : Dragons

Lettre de recrutement :

Au Concordat du Lion,

   Après que nos factions aient combattues ensemble et soufferts ensemble, notre combat n'est pas terminé. J’espère que cette missive vous trouvera, afin d'intégrer vos rangs. Votre compagnie m'apparaît comme digne d'intérêt et de confiance, juste et sincère dans son Coeur. Nous devons continuer dans notre élan commun afin qu'Alliance et l'Armée de la Lumière, puisse défendre le prochain ennemi, à savoir le Chaos.

   Bien que tout juste arrivé sur votre monde sous les ordres du Grand Exarque, je suis dévoué à la cause qui nous rassemble. Mes compétences martiales et mon coeur sincère, peuvent vous être bénéfiques Ma maitrise de la Lumière dans l'art de la guerre sera un atout non-négligeable auprès de nos alliés que contre nos ennemis.

  Si vous avez des mages maitrisant les arcanes de la télépathie, ou par lettre, vous pouvez me contacter. Sinon, sachez que je repasserai très rapidement vous voir en personne.

Pour la Lumière, pour l'Alliance
Eorlinghar


Dernière édition par Eorlinghar le Mar 27 Fév - 9:57, édité 2 fois
avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Candidature acceptée] Eorlinghar

le Jeu 22 Fév - 18:28
"Très cher membre, ou futur membre de l'Alliance ayant prit le temps de nous joindre.

Les officiers supérieurs, dont le Magistrat, sont actuellement missionnés dans une tâche importante concernant les entités néfastes du Vide pour l’intérêt des érudits de la Faille de Telogrus. Ainsi, il nous est impossible de recevoir votre message ni de le traiter avec le respect et l'implication possible pour procéder à une proche rencontre. Toutefois,

Si vous parvenez à établir une rencontre, vous pouvez essayer de retrouver le Capitaine Ha'Naam ou un officier des Dragons du Concordat pour commencer votre approche auprès de vos potentiels futurs compagnons. Et si il s'agit d'une demande de mission, nous traiterons votre demande avec interêt réel.

Veuillez nous excuser de cette attente, nous prendrons en compte votre demande à partir : 25/02. Ne répondez pas à cette missive, il s'agit d'une lettre préparée en avance et retransmise par l'intendance.


Avec tout nos respects, et pour la grandeur de l'Alliance !

- Capitaine Eïffy Aubéclat."
avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Candidature acceptée] Eorlinghar

le Sam 3 Mar - 22:29
"Le Sancteforge Eorlinghar à été recruté suite à un entretiens avec moi même.

Nous pouvons noter que le dit Sancteforge à encore plusieurs tâches à faire avant d'être directement opérationnel, notamment la récupération d'un équipement convenable adapté aux combats martiaux. Le Sancteforge est donc en voie de préparation, pour rejoindre les Dragon du Concordat du Lion, ayant déjà fait la rencontre avec le Sergent El'Roos, et le Capitaine Redmayne.

En attente de le voir faire ses preuves sur le terrain."

- Capitaine Linël Chantegivre.
Contenu sponsorisé

Re: [Candidature acceptée] Eorlinghar

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum