Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission accomplie] L'ombre aux ailes néfastes

le Dim 11 Mar - 12:52
L'ombre aux ailes néfastes






Introduction et objectifs :

"Aux membres du Concordat du Lion.

Pendant notre mission pour le Héraut de la Voie des Titans, Andiss Aaren, nous avons pu découvrir l'étendue des problèmes en Silithus. Sous l'ombre de l'épée du Dieu-Démon, s'y déroule d'innombrables problèmes suggérant notre intervention rapide et puissante. Si nous n'avons pas découvert de schéma directeur au coeur des intrigues, mon enquête quant à un ancien problème dans le nord en Féralas me pousse à croire qu'une autre intrigue s'étend entre Silithus et la forêt au nord, redescendant jusqu'ici, devant l'immense épée. Il va donc être temps d'intervenir, pour empêcher un acte qui pourrait provoquer des problématiques tout aussi compliquée.

Un groupe de Gobelin semble avoir été massacré par des agents inconnu, et les rapports du SI:7 ne suggèrent pas d'affrontement prévu par les forces de l'Alliance pour ralentir les effectifs de la Horde, même si bien entendu, ils ont prit la scène pour une attaque des forces en présence, nous devrons retrouver les traces là-bas qui suggéraient l'influence d'une puissance odieuse bien différente. Et surtout, ce qu'est devenu l'énorme cristal de puissance étrange qui à disparut là-bas. Si ce n'est pour l'Alliance, ce sera pour Azeroth, malgré le risque de présence de la Horde sur notre chemin, et à couteaux tirés.

- Capitaine Linël Chantegivre."

Pré-requis :

- Présence à la Garnison de l'Alliance en Silithus.
- Résistance à la chaleur.
- Sang-froid necessaire pour ne pas attaquer à vue des forces possibles de la Horde.
- Une potentielle bonne résistance mentale.

Localisation : Silithus, différent lieux en ruines.
Nombre de participants conseillés : Quatre en minimum.
Difficulté : Dangereuse, à cause de la situation et de sa position, ainsi que l'implication de force obscures.
Récompense :

- 25 pièces d'argents de prime de risque.
- Trois élixirs de santé.


Dernière édition par Linël le Jeu 15 Mar - 7:20, édité 1 fois
avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mission accomplie] L'ombre aux ailes néfastes

le Mar 13 Mar - 11:43
Rapport de l'opération du 12/03 – Silithus



"Notre mission nous à conduit vers un adversaire ancien, du moins ses complots, et surtout les échos de ses serviteurs acharnés. Ce nom, je ne l’avais pas entendu depuis bien longtemps, si bien que j’ignorais qu’il avait encore un sens. La peur se dégageant de cet aspect, pouvait paralysé à la plus part des êtres du commun. Entendre son nom, peut créer des illusions, et changer le mental d’une personne. Il est des êtres que l’on ne peut pas affronter avec le corps, car c’est votre esprit qu’ils visent, qu’ils tentent de soumettre. N’écoutez pas leurs propositions, n’écoutez pas leurs histoires, n’écoutez rien qu’ils suggèrent et qu’ils pensent pouvoir vous imposer. La nature d’être abstrait nous permet toujours d’être conscient qu’il existe des choses dont on ne veut pas être mêlé, des créatures qui n’existent que pour espérer qu’ils n’existent pas vraiment. Malgré les guerres qui évoluent, je frémis toujours quand il s’agit, du retour d’un nom aussi obscure que celui d’un Sans-Visage. Cela ne devait être qu’une inspection, qui fini en longue quête difficile, avec la crainte de rencontrer une telle créature qui aurait pu nous rendre tous fou. Au moins, il n’en fut rien, mais cela ne rendit pas la soirée moins éprouvante. Loin de là.

Notre mission étant donc d’inspecter un lieu où des déchiqueteurs gobelins et leurs conducteurs furent enlevés aux mains de leurs occupations, et du cristal d’Azérite pour laquelle ils s’affrontent maintenant régulièrement dans le nord, en Féralas. Si ce n’était surement pas chose commune, le problème étant que ça ne venait absolument pas du SI:7, et que l’on pouvait dès lors craindre le pire. Bien que le plus simple aurait été une égoïste guilde de marchand ou groupe de brigand téméraire ayant décidé de faire leurs profils sur une ressource légendaire arrachée entres les griffes de deux factions en guerre, ce qui aurait rendu notre tâche bien plus simple. Mais les choses ne sont pas aussi simple, et je me retrouve parfois à regretter ne pas frapper sur des Gobelins uniquement. Ils piaillent, et use des quelques artifices technologiques désagréable, mais tout compte fait, c’est toujours bien mieux qu’une bonne partie des forces obscures de ce monde. Réunissant nos forces, il étant temps de partir – Hidara s’occuperait des aigles, dont Azura et Turok. Fleur de vent s’occuperait des dragons, dont Avarania, Celky, Volmund, accompagnés par Hjolrigg. Siniana et Lyciana elles auront leurs places de mages au milieu de rangs pour les tâches plus tactiques et dignes de leurs essences. Surtout pour des Ren’Dorei.

L’expédition se déroula sans problème, lors de la longue traversée de ce lieu brisé par la lame du Dieu-Démon, celle ci avait laisser une emprunte indélébile sur le sol, et plutôt que d’avancer d’une dûne à l’autre, il fallait marcher d’un cratère brisé à un autre endroit en cendre. Finalement, après deux heures de routes, conscients qu’il faudrait au moins ça dans l’autre sens pour rentrer, nous étions arriver devant le site des enlèvements. Un cadavre d’Orc était étendu par terre, le Grunt avait du subir ce qui avait ravager toutes les installations autours de lui, tout ce qui paraissait gobelin était sauvagement brisé. Un grand trou était visible, non loin du corps, là où avait été arrachée l’Azérite, ce cristal de pouvoir merveilleux. Les Aigles s’installèrent sur une hauteur éloignée, après avoir disparut efficacement, et Siniana arriva pour nous retrouver piéger. Hjolrigg avait été empoissonné par le venin d’un serpent ayant remplacé la silhouette de l’illusion d’un Grunt mort. Des totems nous encerclèrent, laissant apparaître des esprits serpents au dessus, jusqu’à ce que sortirent de leurs voiles illusoires en frappant Siniana, l’un des trois Chasseurs des Ombres Sombrelance. Encerclés comme nous fûmes, la conversation s’engagea, notamment par les vœux de neutralité du Haut-Croisé. Mais le torse du Troll avec qui nous conversions se retrouva brusquement empalé, et l’Orc, habillé dans une tenue sinistre du crépuscule, essuyait son épée avec un rire narquois.

Un combat éclata alors. Des Silithides sortirent des sables en s’attaquant aux Sombrelance, alors que l’on était coincés dans la barrière. Les esprits serpents furent tous contaminés par l’influence du crépuscule, nous submergeant d’un coup d’ennemi. Frappant, luttant, Hjolrigg fut blessé sérieusement physiquement, et Celky mentalement. Pas autant que Siniani, mais j’y viens. Les Silithides furent massacrés et l’Orc avait réussi à s’échapper après avoir eu le visage dévasté par Hjolrigg, tout en balayant hélas le Haut-Croisé. Le combat fut violent, et le résultat très amer : Un des trolls avait été enlevé sans rien pouvoir y faire, l’un gisait au sol, une jambe coupée. Et le troisième était mort, tué dès le début. J’épargnais la vie du survivant, soigné et profitant de ses dons de régénérations typiques, bien que plusieurs voulait voir un membre de la Horde périr, il était préférable qu’il rentre auprès des siens expliquer la situation vis à vis du Crépuscule, plutôt que cela nous tombe dessus. La situation était bien plus grave, surtout après l’inspection de Siniana qui la transit d’horreur : Depuis le trou du cristal, se trouve une présente obscure comme tout, j’avais un doute à cette époque là, mais il se confirmerait plus tard. La question n’était plus de savoir si on était suffisamment d’attaque pour poursuivre notre tâche. Il FALLAIT poursuivre notre tâche, et par Elune j’entendais bien l’accomplir sans périr.

Vers l’Est, pendant une heure durant dans ce sable, en traînant nos blessés. Plusieurs d’entres nous avaient déjà reçu des coups dur, et le moral n’était pas aussi haut que je l’espérais. Tous étaient conscient de l’importance de la tâche, mais tous auraient sûrement préférer un peu de repos, et un compagnon de monte digne pour les apporter vers le combat. Ici, il n’y aurait que nos jambes, et notre volonté, et j’espérais vraiment que ça suffirait. Vers l’Est, suivant la vision horrible de la Ren’Dorei, pour découvrir les grandes ruines qui nous attendaient, vestige épargné par la Lame d’un vieux lieu elfique souillé par le temps, et désormais, par les créatures hantant ce lieu. Même sans concentration, je pouvais ressentir toute le malaise s’extirpant de cet endroit maudit, et ce fut pire en approchant. Les Aigles se ruèrent vers une tour ayant survécus à tout ça, escaladant habillement, tandis que l’on subissait de plein fouet la folie du campement. Une sorte de gueule béante dévorait lentement le Sombrelance captif, sous l’adoration des hérétiques hurlants de joie, et autres propos incompréhensibles. Deux des déchiqueteurs volés étaient là, couvert d’humeur et autres restes chitineux silithides, et la cabaliste Orc agitait les bras, son visage balafré par la Lumière de Hjolrigg, hurlant que son maitre serait bientôt là. Et quand nous l’avons entendu, brièvement dans nos esprits, nous eûmes un aperçu de la force et de la folie de l’être qui s’est jadis libéré dans les Serres-rocheuses, il y à des années de cela.

La bataille se fit de front, Fleur de vent, Celky et moi affrontions les déchicteurs gobelins aux hôtes contrôlés par les corps brisés des travailleurs de la Horde morts, Le chaos ambiant était déchirant, à cause des hurlements des cultistes s’agitant, et des braillements de l’Orc, dont le destin s’acheva quand une vague de flamme d’une de nos mages acheva sa longue quête en l’éparpillant en morceaux épars. La créature ne fut détruite qu’à la fin, après la mort des adversaires les plus féroces, la dispersion des adorateurs, et la mise en sécurité du fragment volé. Je venais en aide aux Aigles sur la tour, en proie au Maître de cette cabale, l’antique Qiraji d’une taille modeste surplombait les autours sur la pierre, et se livrait à un combat acharné. Les mages percutant la tour de quelques tours, sa stabilité déjà précaire s’effondra. J’étais déjà en bas, ayant sauté pour soutenir Hidara et l’empêché de s’écraser de trop haut, subissant le contre coup en roulant au sol, meurtrie. Tout n’était que chaos et dévastation, et l’on ne pouvait qu’observer la tour qui lentement s’écroulait sur elle même. Turok et Azura en réchappant in extremis, retrouvant nos pairs et ressentant le poids de nos blessures quand la poussière retomba finalement. Ce fut vraiment, un objectif difficile, mais nous venions de mettre un trait sur un projet d’invocation du Crépuscule, mené par des serviteurs d’un antique Sans-visage bien connu par les nôtres. Et je doute que ce soit la fin.

Informations importantes :

- Des membres du Crépuscules ont tentés d’invoqué le Sans-visage.
- Malgré nos efforts, il sera peu utile d’avoir épargné le Sombrelance, au fut des relations actuelles entres l’Alliance et la Horde.
- D’autres enquêtes sont menés, mais le fragment d’Azérite à été remit aux forces de l’Alliance.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mission accomplie] L'ombre aux ailes néfastes

le Mer 14 Mar - 3:41
Rapport de l'opération du 13/03 – Silithus



"Ainsi, s’achève un long voyage en Silithus. Nous avons éprouvés la soif, la chaleur, et la peur. Même si ce n’était pas aussi effroyable que la péninsule des flammes infernales, visitée il y à des années de ça maintenant, le lieux transpirait quelque chose de bien plus néfaste depuis que la Lame de Sargeras était planté en son centre brisé. La Horde et l’Alliance ayant transformer le domaine de la Fin du Monde en champ de bataille cupide, notre intérêt n’avait pas été de rendre Justice en empêchant la maudite Reine-câtin de prendre du pouvoir en utilisant les peuples de la Horde. Mais au moins, de parvenir à empêché le Crépuscule de récupérer des brides de ce pouvoir ancien qui n’aurait jamais du être extirpé de notre bonne terre. Quoi que sera l’avenir de cette énergie, elle ne sera que mauvaise, et nous ne pouvons que craindre les conséquences qu’auront l’utilisation de l’Azérite. Elune, puisse-tu toujours veillé sur tes enfants chaque nuit, car les étoiles présage un avenir du sang, si les mots ne parviennent pas à raisonné les cœurs frappés par la corruption de la haine, de l’envie, et de leurs conquêtes macabre.

Le message vint du Druide Cirmo, dont les efforts joint aux forces de l’Alliance parvint à retrouver une trace des sectateurs liés à notre ennemi. Ceux qui avaient réussi à acheminer des ritualistes pour enlevé divers membres des factions et les dévorés dans la gueule béante que nous avions affronter dans la ruine précédente. Ils recommenceraient, tant qu’ils auront encore quelques forces à user pour l’invocation de leur maître ténébreux. Si il fallait donc que quelque chose cesse, c’était bien leurs actions, et nous nous sommes mit en route. Couvert des fardeaux de plusieurs blessures encore jeune, et la fatigue accumulée, ce n’était pas dans un état glorieux que l’on devrait faire front. Mais le mot y est : On devait faire front, sans perdre de temps. Il s’agissait de notre dernière objectif, et l’accomplir relevait d’une nécessité importante. Ainsi, je fus accompagné de : Fleur de Vent, Turok, Siniana, Hjolrigg et Lucyana. Ce fut un groupe bien moindre par rapport à l’assaut de la ruine, mais nous ne serions pas une force en marche, ce ne serait pas l’assaut d’une troupe. Il s’agissait maintenant de la quête, d’un groupe de camarades.

Arpentant vers l’Ouest les étendu de sable calciné, petit à petit, nous arrivions dans les lieux où l’influence des flammes de Sargeras diminuait. Autant que lentement, une brise fraîche arrivait quand la nuit dévoilait ses étoiles, rendu bien plus inquiétante encore par le reflet d’épée. C’est après une heure de voyage, en ayant assisté sur la route à la destruction au vol lointain d’un Gyrocoptère, sûrement victime d’un sortilège d’un Mage de la Horde, Après le voyage au dessus de nos têtes de la tragique boule de feu, blessant légèrement Fleur de vent au passage, il s’agissait de poursuivre notre route vers la destination ressentie par le druide Cirmo. Au loin, s’étendait des pierres grises, malmenés pas un antique mal me laissant repenser un instant à ma découverte du Défilé de Deuillevent, il à fort longtemps. Mais l’état d’une terre de la sorte ne pouvait que marquer les esprits, et le plus gênant, était les deux étranges structures d’un métal ondulant vers de cristaux où les vents domptés tournoyaient. Les guetteurs du Crépuscule erraient, sans discipline, juste l’intention de plaire leurs maîtres en restant là. Il devenait très complexe de rentrer. Mais heureusement, Turok parvint à trouver un passage. Qui changerait totalement la donne de cette affaire.

Un passage voilé, à travers la roche, fut découvert. Il était piégé, laissant l’illusion que Turok avait explosé en milliers de morceaux en le traversant. Hjolrigg fit appel à la lumière pour nous ressourcer de cette vision attaquant à même l’esprit, malgré le mal que cela provoquant aux deux Ren’dorei prise un bref instant dans le filet de la Lumière. Ce qui attira aussi le regard des guetteurs d’ailleurs, une troupe arriva en exigeant notre reddition. Tandis que Hjolrigg parti pour retrouver Turok perdu dans l’intérieur d’une cage. Je n’ai rien vu de tout ça, mais des informations tirés du nez des deux, il s’agissait d’un trou à cadavre pour « nourrir » ce qui avait été enfermé dedans, et avec qui ils eurent une vive conversation. Pendant que l’on se battait pour nos vies face aux forces du crépuscule, et à l’élémentaire des vent asservit qui les accompagnait. Si les sorciers furent massacrés, leurs maitres-lames usèrent de leurs talents pour blessés sérieusement moi et Fleur vent. Ainsi, pour la suite, nous étions démunies et faibles, mais cela ne nous empêchait pas de croire notre combat juste. Sauf peut-être, l’idée d’être parfaitement encerclés par un ennemi bien plus nombreux.

Les membres du crépuscule nous tenait, laissant les quatre captif que nous étions s’approcher de celui qui nous réclamait : Le Qiraji massif, reposant sur une de ses griffes, servant de maître des combattants d’une bande zélée ahurit. L’entité avait du survivre reclus depuis si longtemps, et les cicatrices sur sa chitine témoignait de ses échecs passés lors du dernier conflit de Silithus. Notre rôle était très simple, nous tuerons ce monstre, et advienne qui pourra. Cependant, ce fut la réapparition de Turok et Hjolrigg qui changea la donne. Ils avaient réussi à brisé le cristal de contrôle de la pièce maîtresse du maître de la cabale du Sans-visage, en Silithus. Furdrum Forrow, ancien membre du clan Barbe-de-Bronze, avait enlevé un membre de l’Aile-du-néant pour en faire sa bête docile, et l’entité voyageait désormais libre voyageait dans les airs, avant de s’abattre sur le crépuscule avec nos alliés. Ceux ci avaient du subir un terrible voyage derrière l’illusion, mais ce ne fut pas vain. Grâce à leurs efforts, la bataille tourna à notre faveur, dans un chaos désordonné rendant la scène unique, et effrayante. Les lames de l’Alliance, et ses magies, luttèrent contre le mal du Crépuscule une fois de plus, jusqu’à ce qu’il ne reste que des corps, et des fuyards. Nous nous dressions devant le maître des forces obscures de notre ennemi. Et il était vaincu,

Malgré tout, Forrow avait disparut. Sans solution, le Drake du néant quitta les lieux pour trouver un refuge là où nul n’irait le détruire, jusqu’à ce qu’il y ait un moyen efficace de le rendre à l’Aile-du-néant, m’interrogeant toujours sur le devenir de ce Vol, et sur les valeurs qu’elle incarne. La silhouette draconique s’éloignait doucement, dans les cieux, alors que l’on était encore sur ce champs de bataille improvisé aux portes du Domaine du Crépuscule. Il ne restait plus rien à faire, rien, qu’à soupirer de soulagement. Depuis notre venue en Silithus, même courte d’une semaine, les évènements n’avaient eu de cesse de s’enchaîner, et maintenant, se brisait enfin le fil de notre quête. Le Concordat du Lion reviendrait sur ses terres, et se pencherait sur les nombreuses prochaines quête qui l’attends.

Informations importantes :

- Les sectateurs au service du Sans-visage sont mort, et ils n’ont plus de chef pour les rallier dans le sud, depuis l’assassinat du Maitre du marteau du crépuscule.
- Le Concordat du Lion achève sa semaine de présence en Silithus pour ses missions enchainés.
- Furdrum Forrow est vivante, et souhaite se venger de Hjolrigg.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mission accomplie] L'ombre aux ailes néfastes

le Jeu 15 Mar - 7:19
Rapport de l'opération du 14/03 – Silithus



"Le portail ondulait tranquillement, en direction de la grande citée de Hurlevent. L’on y voyait ses tours, et son aspect que je qualifierais personnellement comme commun et sans saveur réelle. Mais je ne suis pas objective, ayant l’envie de retrouver la nature elfique et les magnifiques splendeurs scintillantes des arbres et des lueurs cristallines. Mais à la place, cela me faisait songer aux bruits, aux errants vagabondant sur la pierre comme si ils attendaient que quelque chose en sorte : Une opportunité, un visage amical, ou tout simplement une pièce d’argent qui changerait leur quotidien de simple à confortable. En tant que Gardienne, mon rôle reste vaste et clairsemé de différentes tâches selon l’importance que cela peut représenté pour l’intérêt de notre peuple, et de l’Alliance, ce n’est donc pas moi qui irait plaindre les peuplades des autres. Uniquement à subir ce que le cœur d’une Kaldorei lui exige vraiment, et essayant de comprendre comment les autres parviennent à s’adapter à la vie des villes. Une chose était toutefois véridique, et je pouvais au moins m’en réjouir : notre devoir venait de s’achever, et il était grand temps de rentrer à la maison. Ainsi, nous traversions le portail vers la grande citée de Hurlevent, et après cet instant étrange que l’on ressent quand on passe ce genre de porte vers un lieu si éloigné. L’amas étrange de chair formant la porte d’un accès d’une ruche, n’avait cependant pas vraiment l’air de ressembler à un quartier de la grande citée humaine.

C’était vraiment confus. Nous étions tous là, Hjolrigg, Turok, Fleur de vent, Siniana, Xi Chu,et Vidoran. Devant ce passage vers des entrailles visqueuses écœurantes alors que nous étions censés enfin nous échapper de tels lieux maudits. Comme si nous étions destinés à poursuivre notre mission. C’était vraisemblablement en Silithus, mais où ? Pourquoi ? Siniana ressentait l’influence de la magie, mais Fleur de vent ne ressentait absolument pas le Chi, comme si nous étions effectivement que les seuls en cet endroit. Après une courte conversation, nous avons convenu de découvrir ce qui pouvait bien s’y trouver, arpentant dès lors les couloirs angoissants où y respirait une vitalité odieuse. Mais le plus perturbant, était qu’il n’y avait pas une seule trace d’être vivant. Il manquait la chitine habituelle des créatures silithudes, et leurs habitudes à gratter tout ce qu’ils peuvent de leurs détestables pattes. Nous avancions véritablement dans un dédale sans bruit, le rendant bien plus inquiétant, sans savoir ce qui pouvait nous attendre. Et malgré nos prévisions, nous ne pouvions pas nous attendre à ce qui adviendrait. Une grande salle, immense, mais bercée dans une ombre profonde qui la rendait insondable. Hjolrigg fit appel au pouvoir de la lumière, en un flambeau de grâce, mais nous ne nous attendions pas à ce qui allait surgir des ombres.

Plutôt qu’une cavité de chair, de terre et autres amas de restes chitineux écœurants, il y avait là une étendue gracieuse remplie d’herbe balancée par un vent léger. Le toit était devenu ciel, parcouru de nuage traînant lentement à l’horizon, et des cabanes de bois étaient encerclés de nombreuses murailles. Abritant les forces de l’Alliance, surveillant strictement les Orcs et leurs progénitures demi-sang. Dans mon esprit, survint les histoires que me comptait les humains autant que les orcs quand je discutais avec l’un comme l’autre au coin du feu. Me parlant de ses terribles camps d’internements où ils étaient torturés mentalement, parfois physiquement, servant de défouloir comme de gladiateur improvisé pour des jeux. Mais ce n’était pas celui du passé, c’était des nouveaux camps, surveillés par les forces de notre Alliance qui arpentait les environs en racontant des histoires n’ayant jamais existé et n’ayant peut-être aucune chance d’apparaître. Des histoires de Roi tombé, de Wrynn rendu fou par la colère, et des terribles conséquence sur les peuples, et tout ça, en subissant le rire irritant du Père de Turok. Le Rochenoire le fixait, avide et sournois, et petit à petit, c’est tout le monde qui se mirent à l’observer.

La Draeneï de notre Concordat, arriva de nulle part, comme si elle venait de s’éveillé, rendant encore un peu plus étrange la scène, mais avant d’y réfléchir, nous étions alors prit d’un sentiment incalculable de honte, même sans être la cible, plusieurs d’entre nous étaient affectés par l’idée que nous n’étions peut-être pas si utile que ça, et sûrement même gênant pour nos peuples. Je me souviens avoir penser que je devais être une raclure au sein des Guetteuses, que mon titre de Gardienne ne fut échu que par la mort de toutes celles tombés lors de la bataille d’Hyjal, lors de la résurgence du Seigneur du Feu. Mais ce n’était pas tout, certains étaient bien plus affectés, mais lentement ce sentiment s’échappait : Xi Chû usa de ses talents pour briser le cercle vicieux de notre propre corruption, et quand Turok se sentit revenir à lui, légèrement. Notre propre sentiment était dès lors brisé, Siniana était claire à ce sujet, la magie de ce tissu de mensonge avait directement puisée au cœur de Turok, et si il était le problème, il en serait aussi la clé. Poussant les grandes portes jusqu’alors barrée, celles ci s’ouvrirent et déchaînèrent un torrent d’ombre monstrueuse qui semblait vouloir nous emporter. Après un instant disgracieux de panique, il ne resta alors que nous, fixant le passage dans la ruche, tout ayant disparut derrière nous.

La suite de notre voyage fut long, laissant derrière nous les brides de sentiments brisés par la vision de Turok d’un futur alternatif suggérant le retour de la haine et des brimades des peuples au sein même de l’Alliance, le dédale suivant fut dévastateur pour nos nerfs. Une heure passé à arpenter les couloirs bulbeux et avec une luminosité qui laissait les autres en difficulté – Tous ne profitent pas de voir dans le noir comme une Kaldorei, aussi me tentait-je à les guider du mieux possible. jusqu’à ce que ma propre volonté s’estompe peu à peu. Je ne pourrais décrire ce sentiment pernicieux même avec le bénéfice du recul, c’est comme si on vous privait de votre manière de rationalisé les évènements. Que vous étiez emporté par cette écœurante sensation de ne pas pouvoir en faire pour les autres, que le bout du tunnel ne trouverait jamais votre destin, et alors que je m’enfonçais dans cet état d’esprit malgré des années d’expériences et de situation aussi délicate que la sienne, j’essayais en dernier recours de m’accrocher à un peu de réalité. Mais je vis Hjolrigg s’effondrer à genou, et dès lors, rien n’était comme avant. Je me retrouvais d’un coup, dans les magnifiques forêts de Orneval que je chérissais tant. J’aurais pu exulté de joie, de revenir enfin chez moi, de dire adieu à l’aspect humain des bâtisses et d’une terre sans féerie. Dommage que ce soit au milieu de la troisième guerre.

Je me retrouvais alors à devoir me battre pour ma survie. Des démons d’arrogances se tentaient à vouloir nous asservir, et la violence de la mêlée fut telle que je ne voyais ni comptait mes sœurs tombant autours de moi. Pour elle, pour moi, je devais frapper les cibles de la Prêtresse d’Elune qui ordonnait le combat. Et après qu’un démon ait réussi à m’envoyer sur le sol, je réalisais, en lui ayant envoyé mon pied dans la figure, qu’il s’agissait de Turok. Nous n’étions plus dans les couloirs, ni dans la forêt de Kalimdor, mais à l’entrée de la ruche Silithide. Il était arrivé le même cas d’illusion à Hjolrigg et Fleur de vent, qui était encore affectée par la folie. Après l’avoir libéré, ce fut le Haut-croisé qui brisa les ombres qui voilait notre adversaire. Un envoyé d’Ysgramor, un serviteur du Sans-visage, un rescapé de la guerre de Xavius. J’ignorais son nom, son identité, son vécu, mais il devait mourir pour ses actes. Le Satyre portait une fourrure rouge, mais plusieurs drapés mauves sur les épaules. Celui ci jurait au nom de notre adversaire, et l’assassin s’employait malgré son échec à nous faire sombrer dans la folie, à essayer de nous faire sombrer tout court. Déployant ses pouvoirs, il pu nous blessé, mais pas nous vaincre, et celui ci fini broyé sous les assauts, achevé par un torrent de Lumière. L’assassin fut brisé, et nos esprits libérés, en se réveillant brusquement au même moment, il était encore le petit matin au campement, et nous venions de passé une terrible nuit. Tous réuni, le cadre fut clair : ce fut directement nos esprits qui étaient ciblé, et il était clair que nous étions devenu une cible pour Ysgramor et son sinistre maître.

Informations importantes :

- Le Concordat, malgré cette dernière difficulté, à pu rentrer dans la citée de Hurlevent. Nous organiserons sous le peu la suite de nos actions.
- Ysgramor est toujours au service de son maître Sans-visage.
- Le grand Satyre doit avoir une influence en Kalimdor, potentiellement dans les Serres-rocheuses. Il est nécessaire de prendre contact avec Cirmo pour envoyer des Sentinelles explorer ses anciens domaines et retrouver sa trace.

- Capitaine Linël Chantegivre."
Contenu sponsorisé

Re: [Mission accomplie] L'ombre aux ailes néfastes

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum